Le Domaine de la Bourdaisière – un jardin laboratoire

Catégories Les éco-châteaux

Par Céline Marotte du Blog ‘Patrimoine, Permaculture etc’ au domaine de la Bourdaisière

Il était une fois, Louis-Albert, prince d’une grande famille, qui jeune déjà, aimait se promener pieds nus dans les jardins de la maison familiale en Normandie. Petit à petit, il devient le Prince Jardinier, surnom qui prend tout son sens à l’acquisition du Domaine de la Bourdaisière qu’il dédie à la nature. Il laisse alors derrière lui une carrière de banquier pour se consacrer totalement à ce nouveau projet.

Bonjour, je suis Céline Marotte.
En 2019, j’ai créé le blog, Patrimoine 
Permaculture Etc., 
pour partir à la rencontre de ceux et celles qui
sauvegardent le patrimoine historique dans le 
respect des Hommes, de la Terre et de leur 
Mémoire. La permaculture ne s’arrête pas à 
quelques techniques de jardinage. C’est une 
philosophie de vie qui touche de nombreux 
domaines, allant de l’économie, au vivre 
ensemble en passant  bien sûr par la production 
de notre alimentation. Je suis persuadée que 
notre patrimoine a tout a gagner à suivre ces 
principes permaculturels pour se réinventer et 
répondre aux enjeux écologiques ambitieux de 
demain. Je suis donc ravie de commencer cette 
collaboration avec l’équipe Rêve de Châteaux 
pour vous présenter des propriétés déjà engagées 
sur ce chemin vert.

C’est assez symbolique de commencer cette rubrique avec le château de la Bourdaisière. En effet, c’est là-bas que j’ai effectué ma première formation en permaculture avec l’association Fermes d’Avenir, dont on reparlera plus tard. Passer une semaine, dans ce cadre chargé d’histoire a été le déclic dans ma volonté d’associer le patrimoine à la préservation de l’environnement, dont j’avais un parfait exemple sous les yeux. Alors partons à la découverte des nombreuses initiatives que propose le domaine dans le respect de Dame Nature ...

Le château de la Bourdaisière

En 1991, Louis-Albert de Broglie rachète le château avec son frère à la ville de Montlouis-sur-Loire, qui l’avait converti en maison de retraite. Ils le transforment alors en un hôtel de luxe. Mais la métamorphose ne s’arrête pas là. Le Prince Jardinier embellit le parc à travers de nombreux projets ayant pour toile de fond la biodiversité. Le domaine de la Bourdaisière est un authentique laboratoire du vivant. Son objectif est de joindre l’utile à l’agréable tout en éveillant les consciences et donner des pistes aux générations futures.

« Une société équilibrée […] comprend que […] le progrès est essentiel mais ne va pas à l’encontre de la préservation de nos écosystèmes nourriciers car sans une nourriture équilibrée le monde se déchire et le progrès ne sert à rien ».
Louis-Albert de Broglie

Un ensemble de projets tous aussi surprenants et inspirants les uns que les autres ponctuent le parc du château dont voici les principaux exemples :

Le conservatoire de la Tomate

Dès l’acquisition du Domaine de la Bourdaisière, Louis-Albert de Broglie se lance dans l’élaboration d’un potager aux variétés anciennes, en souvenir de son enfance normande. Ainsi ce potager, de 1ha clos de mur du XIXème siècle, accompagné de ses serres anciennes, retrouve petit à petit sa gloire d’antan.

On y trouve notamment le célèbre conservatoire de la tomate qui regroupe 650 espèces sur les 10 000 existantes à travers le monde. On découvre alors des fruits de toutes les couleurs, bien sûr, mais aussi des sujets de toutes les tailles : de 30 cm à plus de 3 mètres. Tous les ans, pendant le week-end de Pâques près de 12 000 pieds, parmi les variétés les plus gustatives, sont alors vendus permettant ainsi un relais plus qu’essentiel à l’indétrônable tomate rouge lisse et calibrée … mais sans saveur, des étals de nos supermarchés.

Ce potager, orné de nombreuses fleurs, nous offre également des collections de plantes aromatiques, comme celle des basilics ou des thyms par exemple. Les visiteurs peuvent aussi découvrir des variétés de légumes originaires de la Région Centre-Val de Loire qui sont peu à peu tombées dans l’oubli, comme le haricot Comtesse de Chambord ou la sucrine du Berry pour la courge. Les graines sont fournies par l’Union pour les Ressources Génétiques du Centre-Val de Loire.

La production de ce potager est destinée au restaurant, salon de thé et bar à tomates du château.

Le Dahlia Color

Une fois la visite du potager terminé, nos pas nous emmènent dans un autre lieu surprenant : Le Dahlia Color.

La Rose, considérée comme la reine des fleurs depuis l’antiquité, fait souvent l’objet de collections. Ici à la Bourdaisière, c’est le Dahlia qui est mis à l’honneur.

Le jardin, créé en 2009 en collaboration avec le paysagiste Louis Benech, regroupe près de 400 variétés de Dahlias ! Les tubercules sont plantés en avril et sont en pleine floraison en juillet/août pour terminer leur cycle de vie aux premières gelées, tout comme les tomates.

Cet espace de Dahlias est une véritable surprise, à ne plus savoir où donner de la tête ! De plus, comme au temps des jardins médiévaux, nous montons sur un petit monticule de terre pour admirer avec un peu de hauteur cette palette de couleurs.

Si nous continuons un peu plus loin, nous arrivons de la ferme maraîchère de l’association Fermes d’avenir. On laisse sur notre droite le verger, également un lieu de collections anciennes.

La microferme permaculturelle

Qui dit jardin laboratoire dit également expérimentations.

J’ai eu l’occasion de passer une semaine de formation dans ce cadre magnifique avec l’association Fermes d’Avenir qui œuvre à développer des modèles agricoles viables économiquement, sur une petite surface et selon les principes de la permaculture.

« On a pour objectif de faire une ferme qui coûte moins cher qu’un tracteur (..) » Maxime de Rostolan

Cette formation est assurée par des intervenants passionnés et passionnants : Gildas Véret (Horizon permaculture), Xavier Matthias (maraîcher bio, auteur de nombreux livres).

La ferme de la Bourdaisière est la ferme pilote de 1.4ha de l’association. Ce projet, initié par Maxime de Rostolan, alors employé des éditions Deyrolle, dont Louis-Albert de Broglie est président, est un lieu incontournable lors de la visite à la Bourdaisière.

Et bien d’autres choses à découvrir

Nous pouvons également déambuler dans le parc à travers un parcours pédagogique et artistique. De nombreuses planches Deyrolle jalonnent le parcours tout en nous distillant des informations précieuses sur la science du vivant. Des séquoias, des cèdres et autres arbres des grands voyages nous rappellent le romantisme des parcs du XIXème siècle.

Le bois est mis à l’honneur sous toutes ses formes à travers des œuvres artistiques sublimant parfois l’arbre qui n’est plus, mais aussi dans la construction d’une maison 100% bois.

Notre coup de cœur

On garde de notre visite au domaine de la Bourdaisière, un profond sentiment de sérénité et de cohérence de voir rimer entre elles : la sauvegarde du patrimoine historique et celle de la biodiversité. Il réussit parfaitement à Lier notre passé à notre futur en respectant les Hommes, la Terre et leur Mémoire.

Vous pouvez venir découvrir le parc et la ferme du château de La Bourdaisière par une visite ou le temps d’un séjour dans l’une des chambres remarquables du château. Entre amis ou en famille, vous serez inspirés par cette belle école de la nature et de l’art de vivre, qui ressemble beaucoup à celui que les châteaux ont toujours eu, il y a quelques siècles …

11 commentaires sur “Le Domaine de la Bourdaisière – un jardin laboratoire

  1. L’un de mes coups de cœurs sur Rêve de Châteaux. Tant sur l’idée du fonctionnement de la propriété et surtout surtout la gentillesse du staff. Très belle initiative
    Et BRAVO l’équipe REVE DE CHATEAUX 🙂

    1. bonjour, je crois effectivement que cette atmosphère bienveillante se ressent dans le domaine en entier. J’étais plus en contact avec l’équipe de la micro-ferme mais c’est un super souvenir !

  2. Bravo ,mais comment faites-vous pour combiner potager propre et gestion écologique ? Orties , chardons , liserons ,rumex . ont vite raison de mes prétentions de pauvre jardinier qui n’a pas ménagé l’huile de coude pour protéger de la chimie moderne le 0,6 h de mon modeste potager .

  3. Quelle belle initiative !
    Merci de nous la faire découvrir
    Sans doute notre prochain déplacement post deconfinement !

    1. bonjour, je vous conseille vraiment le jus de tomate au bar à tomates en regardant la palette de couleurs du Dalhia Color ! Belle découverte

  4. Quelle belle initiative !
    Merci de nous la faire découvrir
    Sans doute notre prochain déplacement post deconfinement !

  5. Très bel article et magnifique projet que le domaine de la bourdaisière ! Très inspirant !

    1. Merci beaucoup et oui effectivement le domaine de la Bourdaisière explore vraiment de nombreux domaines.

  6. Un véritable paradis sur terre que nous avons découvert l’an dernier en y passant deux nuits et visiter les jardins le matin avec la rosée encore présente et personne autour de nous, sauf deux dames cueillant des tomates.Ma famille qui avait déja logé au château quelques années avant avait fortement conseillé cet endroit magique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *